"Gemini (birthday song)" - Why ?

Publié le par Chtif

 




Il y a de petites choses, comme ça, devant lesquelles raison défaille. Comment les Rolling Stones ont remisé leurs fantasmes vicieux au placard pour « She’s a rainbow ». Comment Johnny Thunders réussit à trouver cinq minutes de lucidité pour écrire « It’s not enough ». La pluie de notes à la huitième minute quarante-deux de « Marquee moon »… Autant d'accalmies inattendues. Autant de cruelles promesses, celles de quelque ailleurs inaccessible. « Un tas d’immondice et au milieu, une fleur écarlate », commentait je ne sais plus qui, à propos de Bukowski.

 

Dans le genre, « Gemini (birthday song) » me fait l’effet d’un rai de lumière déployant son prisme pour braver l’orage. Je me souviens m’être fait happée par elle au beau milieu du concert de Why ?, dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. Yoni Wolf tapait sur tout ce qui passait entre ses mains, chantait les yeux plissés cette histoire racontée mille fois depuis que le monde est monde. Celle d’une union inconditionnelle, ancrée aux petits détails du quotidien ; des ongles vernis, un lit défait... “When we're on different sides of the globe, I thought we'd keep our veins tangled like a pair of mic cables”. Il existe donc encore des gens capables de nous remuer les sentiments avec cette vieille rengaine démodée, l’amour ? Pire encore, « Gemini » est de ces chansons qui vous feraient brûler les ailes à taquiner l’espoir.

 

Car -comment pourrait-il en être autrement ?- de sombres nuages menacent l’idylle. Un peu comme si l’idéal allait fatalement de pair avec le tragique. L’ombre de l’éloignement, de la mort… Ne me demandez pas ce qu’il en est, exactement, l’écriture de Yoni Wolf est trop personnelle pour se rendre complètement intelligible. Voilà deux ans désormais que j’essaie de percer le secret des paroles, et de leur écrin. Le texte est onirique, sensuel (“Bathed, shaved, and oiled, your legs are two skinny dolphins swimming”), aux prises avec le piano bancal ; et le rythme, celui d’un cœur défaillant. L’ultime verset me plonge encore et toujours dans des tourments bouleversants :

“You know my build.
You know my size
.
The degree to which my eyes
are astigmatic.”

 

« Gemini ». Christopher Louie en a récemment fait un clip de belle facture. L’occasion de vous reparler de cette chanson, l’une des seules capables de me faire assumer un article aussi gnan-gnan. Mais que voulez-vous ? J’aime à penser qu’il existe une femme, quelque part, qui a inspiré cette merveille. Puisse-t’elle nous laisser brûler un peu plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chtif 17/04/2008 00:30

oh la vahce... Guic...Why : 30 avril au café de la danse à Paris

Chtif 17/04/2008 00:28

et vous êtes quand même gentils, le sgars, parce qu'à la relecture je le trouve vraiment à chier cet article.guic'... vraiment pas de pot de les louper, vraiment.

Guic' the old 15/04/2008 13:09

Bel article... pour une putain de belle chanson.Ravi de te voir de retour aux affaires.Why ? passe en concert à Nancy dans deux semaines... pendant les vacances. Frustration (Why ? + Dälek à l'autre canal, au cas ou des Lorrains te liraient...)

SysTooL 13/04/2008 18:05

Les affaires reprennent... quel bel article, poétique et tout. Merci Chtif!SysT

Chtif 09/04/2008 23:25

Thom -> un peu que c'est un super morceau ! je me dis qu'il va s'imposer, petit à petit, avec le temps !sion, ben ouais, désolé pour les retards de livraison, hein... j'ai du boulôt pour rattraper la correspondance en retard.Jean-Phi -> comme c'est mimi, dis-donc...