L'aigri du mois de décembre

Publié le par Chtif

Ceci n'est pas vraiment un article, ni même un bilan de fin d'année. Juste quelques ruminations un peu bouseuses de votre vieux grincheux de serviteur qui voit s'achever une année décidément pas beaucoup plus réjouissante que la précédente.

 

D'abord, comme vous le savez déjà, James Brown est mort dans la nuit de Noël. Beaucoup d'articles ont déjà versé leur petite larme à l'occasion, donc je ne vais pas en rajouter une couche. D'ailleurs, je mentirais en disant que la nouvelle me touche profondément : je n'ai jamais aimé danser, et je n'ai donc jamais suivi de près les traces du phénomène, mais quand même, il a eu la grande classe jusqu'au bout le James. Maintenant, la question est : combien de temps avant qu'Hollywood se décide à capitaliser sur ses restes ? Pour Ray Charles, ils avaient eu le nez fin et s'y étaient pris juste avant sa disparition, ce coup-ci le bonhomme les a pris de court.

 

Par contre, je viens seulement d'apprendre la mort de Rémy Belvaux qui a décidé de stopper sa route le 4 septembre dernier (consultez l' article de Melissa ici pour plus d'infos). Rémy, c'est bien sûr l'inoubliable acôlyte reporter et souffre-douleur de Benoit Poelvoorde dans "C'est arrivé près de chez vous". On l'a peu vu par ailleurs (un peu dans les "Carnets de Monsieur Manatane", quand même), Rémy s'étant tourné  vers la réalisation de spots publicitaires, au succès garanti par son humour à la belge. Bon, voilà, ça fait chier, tout simplement.

 

Rémi Belvaux

Vous le voyez, ça commence fort. A part ça, quoi ? Au moment des référendums, je m'aperçois que je n'ai pas acheté énormément d'albums en 2006, et parmi eux, peu de vraiment marquants... Heureusement (soyons positifs), quelques bonnes découvertes et surprises,  quand même : les instrumentistes d'exception de Wilco, le dernier Bruce Springsteen qui ressort avec bonheur les bonnes vieilles marmites... Une bonne cuvée pour Tool et Slayer également , quelques concerts inoubliables (The Gossip - en sueur, zZz -raide défoncé, Why ?- grosse claque), et d'autres beaucoup moins (notamment Gotan Project, à chier).

 

Bref, finalement on pouvait dégôter quelques choses pas désagréables dans les bacs cette année, mais il fallait bien chercher. Curieusement, et G.T. l'a très bien remarqué dans son article "2006 : la revanche des vieux", ce sont les anciens qui s'en sortent le mieux.

 

La preuve : pour les Who aussi, c'était une bonne année. Prestations en concert au-delà de toute espérance, et nouvel album "Endless wire" qui ne déçoit pas. Au fait, pour ceux qui se demandent pourquoi je n'ai pas encore chroniqué l'album ici, la raison est simple (et pas facile à avouer) : mon opinion sur le disque correspond à la virgule près à celle du numéro 472 de Rock&Fuck. J'allais quand même pas réécrire la même chose... C'est quand même ballot : alors qu'enfin en 2006 j'ai réussi à couper les ponts avec le magazine (en passant par la case règlement de comptes), ils se remettent à faire des articles qui ne m'énervent pas. Il y a même eu une story Steve Marriott dans un récent numéro, j'ai dû batailler pour ne pas l'acheter. Pire encore, deux visiteurs (oui : deux !) m'ont avoué s'être réabonnés au magazine suite au débat sus-mentionné. Passons...

 

"Pete, tu crois que ça ira mieux l'année prochaine ?" (photo (C) )

Alors quoi ? Tout est perdu ? On est condamné à farfouiller dans les antiquités indéfiniment ? A qui la faute si les disques trente ou quarantenaires filent plus la patate que la dernière révélation de la semaine ? Revenons sur R&F par exemple, ça fait bien deux ans qu'on attend l'explosion tant annoncée de leur scène rock parisienne des p'tits jeunes qui tuent, et toujours rien de concret à se mettre sous la dent. M'est avis qu'on va se retrouver avec un pétard à effet mouillé, sponsorisé par le nouveau gel des laboratoires Schwarzy : "Got2Be". N'empêche, ce nom... "Got2Be". On a atteint le summum de l'aliénation publicitaire, là, non ? Ecoute la hype, aie l'air dans le mouv' avec ta coupe de cheveux de djeun's cool et boucle-la. En gros. Comment voulez-vous que les jeunes groupes nous pondent de la musique intéressante s'ils acceptent des slogans comme ça ?

 

Punk-Rock : ouf, la relève.

 

Peut-être me trouvez-vous défaitiste, et vous avez sans doute raison. Au fond ce n'est pas possible qu'absolument tous les jeunes se montrent aussi serviles. Seuls ceux qui auront su conserver un fond d'honnêteté devraient se démarquer avec le temps, mais admettez qu'on ne leur rend pas la tâche aisée... En ce moment, je ne sais pas ce qui se passe, j'allume la télé une fois par mois, mais c'est à chaque fois pour tomber sur un truc horrible, par exemple Emilie Simon qui reprend "I'm waiting for my man" du Velvet Underground avec une petite voix toute douce toute gentille (c'était sur Taratata). Qu'on soit clair : Emilie Simon est sans doute très douée dans son domaine, mais comment peut-elle raisonnablement interpréter, pas "aimer", non, je suis sûr qu'elle apprécie sincèrement le morceau, mais comment peut-elle rester honnête en chantant ces vers crasseux bouffés par le manque ?

Feeling sick and dirty, more dead than alive,

I'm waiting for my man

A quoi ça rime ? Tout se mélange, et tout se vide de sens. Bientôt c'est Norah Jones qui jouera "Antisocial" ou "California Über Alles" et tout le monde trouvera ça cool. Un autre exemple ? J'en ai un tout prêt, celui-là je n'y ai pas assisté, mais j'ai quand même été vérifier sur internet après coup pour juger de visu. Je ne vous ferai pas l'affront de mettre les vidéos ici, un petit tour sur You Tube, vous tapez un truc comme "Joey Starr - Star Academy" et voilà.

 

Je n'avais jamais évoqué le rapper auparavant dans ces pages (et l'émission encore moins), ce n'est pas mon domaine, mais Joey Starr m'a toujours semblé incarner l'un des derniers bastions contre l'apathie et la corruption (médiatique) ambiantes. Sans concession, rageur, avec sa voix fêlée, une sorte de Jello Biaffra hip-hop... C'est sans doute embelli comme portrait, mais bon, les chanteurs consistants sont rares, aussi. Alors qu'est-ce que Joey Starr est allé foutre à la Star Ac ? Inciter les jeunes à voter ? OK, mais Joey Starr étant à peu près à l'opposé politique de TF1, pas sûr que son message ait été suffisamment clair pour les spectateurs... Sans doute n'y a-t'il rien à comprendre, au fond : la Star Ac est une étape de promotion comme une autre, au retentissement immense, et Joey s'y plie. Que les Stones, et les Red Hot virent en machine à fric, passe encore, mais lui... Désolé, mais je peux pas m'empêcher de penser qu'on a franchi une limite, là.

 

Bon, je cherche pas non plus à vous plomber le réveillon, alors finissons avec une bonne petite vidéo qui fleure bon les séries B et la bière tièdasse des fins de soirée. C'est "Like in the movies" de I love UFO, groupe français dont on avait déjà parlé par ici, et qui écrit dans sa bio :

"I Love UFO regardent vers le futur. Ils ne sont pas nostalgiques, sont toujours prêts à expérimenter, à se mettre en danger et à aller de l’avant.  Ils restent néanmoins de grands fans de Sonic Youth, Comets on Fire, Oneida, Liars, Public Image Ltd, dinosaur Jr, 80’s Matchbox B Line Disaster et autres… Surtout des groupes défricheurs, rugueux, de ceux qui construisent leur propre mythe. I Love UFO ne sont pas des suiveurs, bientôt les autres les suivront... L’inverse : JAMAIS ! "

... ce qui est, vous en conviendrez, plutôt rassurant.

 

 


 

Publié dans L'aigri du mois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Ola GT. on répond dans l'ordre :1) de rien !Toujours un plaisir de trouver de bons articles sur le net. ça remplace les magazines haut la main.2) Tu peux tenter une écoute. Tiens, je peux même te citer les bons morceaux par lesquels commencer : les 2, 9, 12, 14 et 19 !3) D'après Wikipedia, Emilie Simon avait commencé par le chant lyrique (ce qui s'entend pas trop, mais bon)4) On s'est compris.Bye !
Répondre
G
Salut Chtif',<br /> Un peu débordé ces temps-ci, je ne découvre cet article qu'aujourd'hui...<br /> Donc :<br /> 1. merci d'avoir cité mon article.<br /> 2. Je n'ai justement pas parlé des Who dans l'article... mais faut dire que je n'ai pas écouté l'album, sans doute la peur d'être déçu.<br /> 3. Pour Emilie Simon... je ne suis pas sûtr qu'elle ait étudié le chant classique. Elle a fait des études au conservatoire et en fac de musique, mais je ne crois pas que son instrument à la base soit la voix.<br /> 4. Ses reprise du Velvet ou des Stooges, comme K et toi, j'ai un peu de mal... ça me fait penser aux reprises bossa-soft de Nouvelle Vague, qui rendent mous des morceaux de rock généralement intenses...
Répondre
S
Chtif, à propos des Naast (je vais pas dire les Nazes, c'est trop facile...), pas vraiment envie d'écouter leur album depuis que je les ai vu en interview chez Taddei. Un trou noir de la pensée soudain face à nous... Je ne sais pas s'ils oseront mettre sur l'album leur reprise de Love... Je l'ai entendu sur leur My Space en fait... Il y avait de quoi chialer...
Répondre
C
"Je crois que nous sommes dans une société trop bourgeoise, trop égoïste, où les gamins n'ont qu'à demander une guitare Fender  et un ampli Marshall à Noël.Pourtant, le climat politique n'a jamais été si pourri, avec son fascisme libérale, des gens dans la rue, la misère qui se répand comme une traînée de poudre, mais il semble que la nouvelle génération s'en fout, bien tranquille, à rêver d'une école de commerce."il y a une bonne part de vérité dans tes propos, Julien. Aujourd'hui, le rock est envisagé comme un métier, où les jeunes pensent faire carrière... Enfin, heureusement, en cherchant bien, il reste des passionnés...Ska -> on va pouvoir juger bientôt, leur album sort le 15 janvier...à plus, les guys !
Répondre
S
Assez d'accord avec Julien. Comme quoi Noir Désir nous manque... Enfin, à moi en tout cas...Rayon reprises indignes et "nouvelle scène parisienne" : Les pénibles Naast ont osé reprendre My Little Red Book de Love... (soupir...)
Répondre