Petit manuel à l'usage de ceux qui veulent "être devant"

Publié le par Chtif

Parce que vous étiez trop occupés à finir votre bière avant le concert, ou à vous extirper de la fosse précédente lors d'un festival, vous arrivez devant la scène et voilà la vision qui s'offre à vous:

Comme la perspective d'assister au spectacle sur grand écran avec le son qui arrive une demi-seconde après l'image est aussi excitante que celle d'un bon canapé-Derrick, et comme vous ne concevez pas un concert sans une bonne dose de sueur, de basse vrombissante et de corps qui s'agitent, votre objectif est donc de vous approcher au maximum de la scène. C'est bien légitime (Poelvoorde (c)).

Le parcours du combattant commence, bon courage. voilà les étapes à suivre.

Traverser le gros de la  foule est l'occasion de se rendre compte qu'une fosse est l'endroit le moins convivial qui soit. Les gens présents ont fait la queue et voient dans toute tentative de dépassement un affront personnel envers l'attente qu'ils ont patiemment  subie pour se retrouver là. Il y a des espaces pour passer, mais ceux-ci se boucheront comme par magie à votre approche. Plusieurs solutions se présentent alors:

  1. 1) Avancer comme un  gros bourrin en gueulant des "pardon, pardon". Radical, mais attention à ne pas tomber sur des gros bras récalcitrants

  2. 2) Prendre plusieurs pintes en main et affirmer que vous les amenez à vos amis postés plus en avant. Bien tenté, mais les gens ne sont pas dupes, et vous avez de fortes chances de vous faire renverser le contenu des verres sur le tee-shirt (ce qui, au fond, n'est pas très grave en soi).

  3. 3) Essayer d'expliquer aux gens qu'en les devançant, vous n'allez pas les faire reculer d'un pouce, mais qu'au contraire vous allez vous tasser avec le tas d'affreux à moitié sourd agglutinés devant, et ainsi laisser plus d'espace à ceux qui ne goûtent pas à la promiscuité virile et dégoûlinante. Après tout, un concert rock ne ressemblera jamais à ceci, même avec la meilleure volonté du monde:

            C'est la méthode la plus sincère, mais aussi celle qui risque de vous faire manquer  les trois quarts du concert.

Après moult difficultés, vous voilà donc arrivés au coeur de la fosse, à une vingtaine de mètres de la scène. Ne vous croyez pas sortis d'affaire, c'est la partie la plus ardue du parcours. Car c'est exactement là la position chère au public le plus aguerri, et le plus virulent.  C'est aussi par définition le seul endroit au monde où tout le monde est plus grand que vous. Curieusement, il y a des espaces de cinq mètres dans la foule, mais traversables à vos risques et périls. Le téméraire qui s'y aventure verra bientôt plonger sur lui une multitude chevelue, torse nu, et tellement imbibée qu'on la croirait capable de pogoter sur Belle&Sebastian. La plupart des jeunes fans innocentes qui patientaient là depuis plus d'une heure avant le début du show pour voir le chanteur de près en ont été évacuées en pleurs trente secondes après le premier riff de guitare. Dans le jargon, on appelle cet endroit le mosh pit, un endroit où les lois n'ont plus cours. Pour le franchir, il faut :

  1. 1 )Tenter de jouer le jeu, en allant se confronter aux bestiaux comme un grand. Cela peut prendre un bon quart d'heure pour s'en extirper et pas sûr qu'on en ressorte du bon côté (oui, car une fois dedans, bizarrement, on a l'impression qu'on nous empêche d'en ressortir...). Quoi qu'il en soit, vous en conserverez des souvenirs bleutés.

  2. 2) Opter pour la méthode dite "du wagon", qui consiste à se caler derrière un trente  tonnes et à pousser vers l'avant en priant pour que ça passe vite et sans mal. Une méthode qui a fait ses preuves, mais qui réclame instinct, vivacité et sens de l'observation.

Voilà, vous avez franchi la ligne de front. vous êtes à deux mètres des barrières. Ne vous croyez pas pour autant tiré d'affaire. Maintenant il faut résister aux assauts répétés de ceux qui ont subi les mêmes épreuves que vous. Le Saint-Graal à convoiter est désormais la petite marche qui maintient les barrières en place, formant un petit promontoire de cinquante centimètres de large où l'on peut emboîter aisément quatre personnes. Arrivé là, normalement vous ne reculerez plus. Par contre, il est fortement conseillé alors de se placer de dos, ce qui ne facilite certes pas la vision du spectacle, mais vous évitera de manger dans la nuque  les méchants coups de pieds des slammers qui ont trouvé un moyen plus rapide d'approcher.

Ainsi placé dans de bonnes conditions d'écoute, il ne vous reste plus qu'à passer un excellent concert. Certains paramètres n'ont pas été pris en compte dans l'établissement de cette méthode (possession d'un sac à dos, port de lunettes de vue, de baskets mal lacées, présence d'un voisin persuadé que vous seul poussez...) mais ces petits agréments contituent autant de réjouissances à découvrir sur le moment.

Un dernier conseil. Si le concert auquel vous assistez ressemble à ça:
laissez tomber bien entendu.

Publié dans Bordel rock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chtif 13/05/2008 20:55

le problème en passant par dessus, c'est que pour retomber au bon endroit, il faut souvent se laisser tomber comme une merde !

Mars 12/05/2008 22:58

Ca sent le vécu, ça me rapelle quelque chose.Perso, j'ai touours réussi à me faufiler jusqu'aux 20 premiers mêtres de la scène, par contre ensuite le plus simple que j'ai trouvé c'est de brancher les plus remuants juste avant la zone de moshpit pour se hisser sur les bras tendus des autres et redescendre à l'endroit voulu, pour s'y maintenir j'ai pas de recette !

Fab de l An Mil 26/01/2007 08:22

Euh... en concert des soeurs Goadec à Saint-Caradec-Trégomel, ça doit être possible !  ;-)

Chtif 26/01/2007 00:38

ahah...merci pour l'explication ! ça doit pas être facile de trouver une ganivelle en fosse quand même !

Fab de l An Mil 25/01/2007 21:38

Pour moi,une ganivelle, c'est un genre de clôture de fortune faite de bambous entremêlés de fil de fer ou qqch çacomme. Plutôt utilisée dans un contexte de festival champêtre...
http://www.ffcc.info/article694.html