Chronique de "Methodrone" - Brian jonestown Massacre- 1995

Publié le par Chtif

Methodrone. On dirait un de ces mélanges savants que seuls les défoncés de compétition savent concocter pour atteindre les plus hautes sphères. Et repousser les limites. Le genre de mixture que s'enverraient Johnny Depp et Benicio Del Toro dans une piaule de Las Vegas (méthédrine plus adrénochrome, c'est bien ça ?).

Anton Newcombe est l'un de ces alchimistes convaincus de pouvoir parier avec la mort et en sortir gagnant (ou du moins "était", car à l'entendre son dernier shoot d'héroïne remonte à 1999). Hippie moderne, anarchiste convaincu (tous ses titres sont en libre service sur internet pour faire la nique aux géants du disque), Newcombe semble s'être trompé d'époque. Né à Los Angeles mais exilé à San Francisco pour en capter les vibrations psychédéliques, il vénère les 60's et notamment Brian Jones dont il admire le mysticisme et le goût pour l'exploration.

L'affaire est déclarée : le Rolling Stone donnera son nom au groupe, et en route pour les territoires inconnus. Sous forte emprise de stupéfiants bien évidemment, avec tous les clichés malheureux que cela comporte : bastons sur scène, comportement égocentrique qui usera la patience d'une quarantaine de musiciens en l'espace de cinq ans ? Se droguer n'a jamais fait d'un homme un génie, mais heureusement, le bonhomme avait de sacrés bonnes dispositions au départ. Multi-instrumentiste et compositeur doué, Newcombe a donc réussi à enregistrer vaille que vaille une bonne douzaine d'albums tous plus renversants les uns que les autres.

 



Anton Newcombe: "Bon, accordéon, triangle et vielle, c'est fait... de quoi je vais bien pouvoir jouer, moi, maintenant ??"



Le premier, "Methodrone" (1995), est une intense expérience psychédélique de 72 minutes. Tout le secret du son Brian Jonestown Massacre réside ici dans le flot ininterrompu de guitares lancinantes. Un roulement sourd, abyssal, fait de feedback et de saturation basse qui pétrit les entrailles et coupe les jambes. Cloué au fond du fauteuil, il ne reste plus qu'à subir, supplier les tournoiements de cesser tout en priant le monde de ne jamais retomber sur ses pieds. Immédiatement, on pense aux Dandy Warhols et aux Warlocks, deux groupes intimement liés à Newcombe, mais aussi au shoegaze de My Bloody Valentine. Puis le temps remonte en spirale, et ce sont des myriades d'étoiles sixties qui explosent en sifflant : les Stooges semblent s'être immiscés pour plomber un "Crushed" bien chargé, et les Stones envoient de lumineux chapelets d'accords à travers l'épais nuage de fumée ("That girl suicide"). En tendant la main pour disperser la brume, Brian Jones apparaît, assis là en tailleur qui distille quelques mélodies doucement asiatiques.

Que l'on s'entende bien, il ne s'agit pas ici de célébration rétro comme l'assènent de nombreux groupes en quête de crédibilité Woodstock, mais bien d'expérience temporelle qui virevolte entre les âges pour mieux nous perdre. Entre deux mélodies pop ("Everyone says", le xylophone de "Records"), on se surprend ainsi à tomber nez à nez avec un rock quasi gothique sorti d'on ne sait quel calumet. "Wisdom" évoque aussi bien Depeche Mode que Paradise Lost (période "One second") ou Hawkwind.

Des moments exceptionnels viennent ponctuer la séance : ici, une voix féminine d'une infinie tendresse nous retient au bord du gouffre ("Evergreen"), là ce sont les incantations d'un Newcombe qui fragmentent un "Hyperventilation" au bord de l'étouffement. Pas de doute, entre bonheur extatique et effroi complet, Newcombe sait préparer ses potions avec le doigté d'un shaman inspiré.

Morceaux qui Tuent
   Evergreen
   That girl suicide  (en vidéo de qualité pas terrible mais c'est déjà ça:  ici )
   Hyperventilation


Article via Sefronia (c)

Publié dans Chroniques disques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chtif 13/08/2009 00:07

et merde.

Julian 12/08/2009 21:46

Anton Newcombe: "Bon, accordéon, triangle et vielle, c'est fait... de quoi je vais bien pouvoir jouer, moi, maintenant ??"Ouais , la légende est excellente , mais pas la photo ... il s'agit de Frankie Teardrop , un des guitaristes du groupe , et no pas de Newcombe , hahaahahaha

Chtif 06/07/2006 21:46

Pas de problème Alex!bonne idée que d'essayer de bien se placer ! j'espère pouvoir y être assez tôt, aussi, par contre j'ai un peu peur d'avoir des places en gradin imposées.... faut que je vérifie. je te dirai ça.

alex 06/07/2006 20:11

Un grand merci pr la video depuis le temps que je voulais la mettre sur mon blog. Je pense ça peut t'interessé, j'ai envoyé un mail à la sociéte de production qui s'occupent de la tournée des Who en France pour d'une part les remercier de faire chanter les WHO en France,(ils n'étaient pas passés depuis 9ans) d'autre part savoir si on pouvait voir les répétes LE REVE ! ( réponse négative) et surtout connaitre l'ouverture des portes pr que je puisse aller direct me coller aux enceintes dans la fosse mdr ça sera 18h30 mais chut faut pas le dire sinon on aurait une bonne place. Effectivement y a des petits pbs pr poster sur mon blog  voila a+  ET ENCORE MERCI!!!!  

Chtif 06/07/2006 13:34

Alex -> j'ai essayé de poster des commentaires sur ton blog, à l'instant, mais ça avait l'air de merdouiller...
voilà de quoi faire ton bonheur (enfin, le bonheur de tout le monde) en tout cas:
http://www.youtube.com/watch?v=7jIK7tpSsmY&search=get%20fooled%20again