Why ? - Café de la Danse - 30 Avril 2008

Publié le par Chtif

J’avais vu Why ? pour la première fois à Nancy en 2006. Une petite quarantaine de personnes curieuses dans la salle (la plupart rameutées par la formation locale qui assurait la première partie), une ambiance intimiste au départ qui finalement succombe à la douce folie du groupe californien.  

Hier, c’est un Café de la Danse bondé (2 ou 300 personnes à l’aise) qui accueille la nouvelle tournée marathon du groupe. Bonne salle, d’ailleurs, avec un bar en hauteur bien placé.

 

Je m’étonne auprès de mon voisin de droite de voir autant de monde pour un groupe plutôt confidentiel, celui-ci me répond que :

1)      non, vraiment y’a pas grand monde (…alors que la salle est pleine, connard)

   et 2) tout le monde en parle, de Why?, je vois pas ce qu’il y a de surprenant (mes fesses)

L’archétype du parigot pourri de suffisance, quoi.

 

L’espace d’un instant, j’ai bien peur de m’être jeté dans la gueule du loup, cerné de geeks en puissance blasés jusqu’à la moëlle par les groupes qui vendent plus de 2000 disques (et c’est vrai que le look y est, chemises à carreaux, grosses lunettes cerclées de noir, on devine le lectorat des Inrocks ou de la Blogothèque par excellence).

 

 

Heureusement, mes voisins de gauche ont de bonnes trognes et ne se la jouent pas élitistes. Ils bossent dans la com’, mais n’en ont pas l’air, sont plutôt marrants et la demoiselle, Nora, monte son propre « one woman show ». Tiens, il faudra qu’on m’explique ça aussi : qui que vous rencontriez aujourd’hui, vous tomberez forcément sur un comédien, un artiste underground qui travaille le plastique recyclé, ou un D-J qui revient d’une séance de mix dans un festival US. Je ne sais pas si c’est la génération internet qui veut ça, mais c’est un fait : aujourd’hui, tout le monde est plus intéressant que vous. Effrayant.

 

Bref, tout ça pour dire qu’il est assez fascinant de suivre un groupe en pleine évolution, et que l’acharnement de Why ? commence à payer. Bonne nouvelle.

 

Evangelista, groupe mi-New Yorkais mi-québécois, si j’ai bien compris, ouvre la soirée de manière très expérimentale. Il y a un gars aux claviers qui fait de drôles de sons, un violoncelliste, un batteur qui s’éclate sur ses roulements de cymbales, une grande bassiste qui joue deux-trois notes de temps en temps, la tête dans son ampli. Et au milieu, une chanteuse, Carla Bozulich, qui aime crier à côté du micro et passe son temps à se demander si taper sur le bord de la caisse, là, n’offrirait pas un rendu intéressant. Dans tous les cas, ça lui donne un air inspiré, un petit côté poétesse à la Patti Smith.

 

 

A partir de là, on peut proposer deux versions. La positive, c’est que le magma sonique qui en découle ne fait pas dans la facilité et donne effectivement quelques rendus intéressants par moments. La deuxième, c’est que n’est pas Godspeed You! Black Emperor qui veut, et qu’il manque quand même à Evangelista une maîtrise basse-guitare efficace  pour faire décoller son public (ce qui est, semble-t’il, le but avoué). En clair, la très louable tentative de création de sonorités et d’ambiances chez Evangelista n’occulte pas totalement cette désagréable impression de : « on fait de l’Art mais remarquez, on reste cool » (sûr qu’il y avait moyen de se faire lyncher dans la salle, avec des phrases comme ça). Enfin, allez juger par vous-même.

 

Why ? prend le temps de s’installer, se lance des vannes avant d’entamer sa prestation, et séduit par son pseudo-amateurisme tranquille. La première impression se confirme : finie la curiosité polie de 2006, le public est connaisseur, réagit aussi bien aux morceaux de « Elephant eyelash » que du petit dernier, « Alopecia », tout aussi bon que son prédécesseur. Le groupe est désormais quatuor, sur scène tout du moins : de quoi offrir une assise plus confortable à la complexité des arrangements. C’est là d’ailleurs l’étrange paradoxe de Why ?, de multiplier les couches de bric et de broc, de cordes et de percussions tout en conservant une simplicité et une naïveté délectables aux compositions. Le xylo est à l’honneur, et de belle manière, ce qui n’est pas une mince affaire (on ne compte plus les groupes branle-bite qui ont un xylo dans leur attirail).

 

Yoni Wolf, grand maître d’œuvre, se sent de plus en plus à l’aise dans un registre pop. Les percées emphatiques sont plus récurrentes (« Simeon’s dilemma », « Fatalist palmistry ») et alternent agréablement avec son excellent phrasé rap initial. Il est toujours étonnant de le voir maîtriser ses cha-chas et ses toms tout en enquillant avec une facilité déconcertante des déliés ultra-rapides du genre « if I’m sinking in, laughing at something

sunken in, I am ». Avec la tignasse saccadée de son batteur qui s’excite à côté, on a parfois l’impression de voir un cirque de puces en action, merveilleuse mécanique horlogée qui prend son pied à s’enrayer.

Et « Gemini (birthday song) » me direz-vous ? Aïe, s’il y a bien une petite déception à avoir de ce concert, c’est bien celle-là, j’ai trouvé « Gemini » un peu expédiée à la va-vite. Il faut dire aussi que j’ai dû l’écouter quelques dizaines de fois ces deux dernières années, et vous savez ce que c’est, la force de l’habitude… D’ailleurs, je commence à vous parler un peu trop de ce groupe, il ne faudrait pas vous lasser avant même que vous ne l’ayez écouté. Avec son excellent nouvel album, enrichi d’une palette étoffée, vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire.

 

 

En bonus : Les bonnes vidéos live de Why ? sont assez rares (inexistantes en fait). Celle-là n’est pas trop pourrie : « Good Friday », ma préférée du dernier album « Alopecia ».

 

 

Publié dans Chroniques concerts

Commenter cet article

helary 07/03/2011 16:30



bonjour, je découvre par hasard votre blog , vos chroniques sont plutôt bien écrites et humoristiques , j'aime bien le ton . (ça change ...) je suis tombée sur votre blog en cherchant Georges
Thogorood , j'écoute des vieilleries toute la journée , enfin du  blues rock très années 70,...; du mal à écouter autre chose , tout est froid , commercial ... ils ont oubliés les gars
qu'une guitare électrique c'est fait pour faire du bruit dans les oreilles des gens qui écoutent . Je ne suis pas très jeune mais tant pis je frissonne encore en écoutant de la bonne musique (pas
encore morte la dame) . Une bonne recette du matin prendre  sa  douche en écoutant ACDC par ex plutôt que les news  ça aide à garder la tête hors de l'eau... si je peux dire ! bon
je vais vous lire . to be a rock and not to roll 



Dissertation Writing 15/03/2010 08:55


Wonderful article, thanks for putting this together! "This is obviously one great post. Thanks for the valuable information and insights you have so provided here. Keep it up!"
------------------------------------------
Dissertation Writing


Jean Philippe 31/05/2008 09:48

C'estait "Tommy Lee Goes to College" . comme quoi quant on zappe on tombe sur des émission de M.....

Chtif 29/05/2008 00:26

jamais entendu parler de ça, dis-donc ! ça a du marcher moins bien qu'Ozzy

jean philippe 25/05/2008 11:02

Ton article me rapelle une emmision de télé réalité US , où il avait mis Tommy Lee dans un campus de fac us, vraiment surréaliste.